Industries

LA PLUPART DES INDUSTRIES DE PROCÉDÉS concernées

Chaque industrie a ses spécificités et ses types de procédés. ProSim propose une gamme complète de logiciels afin d’accompagner les ingénieurs dans leur prise de décision, leurs études d’ingénierie et l’exploitation de leurs procédés.

Quelque soit le domaine industriel qui vous intéresse, la modélisation et la simulation constituent un moyen privilégié de comprendre et d’améliorer vos procédés pour répondre aux exigences croissantes en matière d’efficacité, de sécurité et d’environnement.

ProSim compte des clients dans pratiquement toutes les industries de transformation physico-chimique de la matière :

  • chimie et pétrochimie : ammoniac et usines d’engrais, oléfines, craqueurs d’éthylène, polymères, chimie fine et de spécialités, chimie inorganique, intermédiaires de synthèse, régénération de solvants…
  • production de gaz et pétrole : plateformes off-shore, champs on-shore, usines LNG et terminaux, déshydratation de gaz, désulfuration, traitement de gaz, pipelines…
  • raffinage : distillations atmosphérique et sous-vide, isomérisation, reformage catalytique, adoucissement / hydrotraitement, hydrodésulfuration, alkylation, FCC, viscoréduction…
  • énergie : cycles combinés / cogénération, nucléaire, traitement du charbon, gazéification, eau et utilités…
  • …et de nombreux autres domaines : alcools, séparation d’air, stockage et capture de CO2, bio-fuels, pharmacie, parfums et arômes, ingrédients, pâte à papier, agroalimentaire, métallurgie…

 

Gaz

Voir

Raffinage & Pétrochimie

Voir

Nucléaire

Voir

Produits bio-sourcés

Voir

Chimie & Pharmacie

Voir

Effluents & déchets

Voir

Engrais

Voir

Efficacité énergétique

Voir

Des enjeux industriels majeurs

Vers l'efficacité industrielle

L’utilisation de la simulation pour concevoir, développer, mettre au point ou améliorer le fonctionnement des procédés de fabrication présente des avantages considérables.

Cela permet d’établir aisément et avec rigueur les bilans matière et énergie sur un procédé complet ou une simple opération unitaire. L’évaluation économique des CAPEX et des OPEX ainsi que de l’impact environnemental complètent cette analyse.

Par rapport à une approche plus empirique ou expérimentale, l’approche numérique est :

  • Peu coûteuse : permet de réaliser des expériences « virtuelles » au lieu d’expériences « réelles » en laboratoire ou sur pilote qui sont souvent couteuses en matières premières, personnel… si on veut explorer différentes voies et analyser l’influence de plusieurs paramètres.
  • Très rapide : il devient possible d’évaluer facilement différentes configurations de procédés, différents conditions opératoires.
  • Sûre : des scénarios critiques (constituants très réactifs, pression et/ou températures élevées…), des arrêts d’urgence,… peuvent être étudiés sans risque pour les équipements ni le personnel.
  • Innovante : on peut aisément explorer des technologies non conventionnelles au lieu de reproduire sur l’unité industrielle ce qui est fait au laboratoire.

Au-delà de ces avantages économiques et opérationnels, l’approche par la simulation permet une compréhension plus approfondie du processus de production et une pérennisation de cette connaissance acquise sous forme d’un modèle du procédé.

La simulation permet de faire face, voire d’anticiper, un environnement économique changeant. Les études de modification du procédé peuvent être faites rapidement (analyses de sensibilité) pour faire face à de nouvelles réglementations (sûreté, environnement). Les impacts liés à de nouvelles matières premières ou à une qualité de produits différente peuvent être rapidement estimés et les conséquences en termes d’investissement évaluées.